Samedi 13 janvier 2018 : »Trop c’est trop! la coupe est pleine, j’irai jusqu’au bout, c’est inadmissible de se comporter comme cela, ça n’a que trop duré!  » Un habitant de St Gervais (74) nous révèle qu’à nouveau dans un bois route du Prarion,  2 ânesses luttent pour survivre et qu’un petit ânon est mort, lui, depuis au moins 15 jours.

Dimanche 14 janvier, Animal Cross se rend sur les lieux  avec un enquêteur de la SPA de Cluses. Nous découvrons très vite 2 ânesses sur le terrain de M. X.

L’une d’elles a à peine la force de marcher ! Les ânesses sont complètement déshydratées et absorbent de grandes quantités d’eau. Pendant près d’une heure, elles ne vont cesser de manger le fourrage qu’on va leur fournir. Dans le bois autour d’elles, sur un rayon 30 mètres de diamètre, sur une hauteur de 2 m environ, les arbres sont entièrement rongés, dénudés de leurs écorces. C’est pour nous un des signes évident que ces animaux n’avaient pas suffisamment à manger. Nous savons que les ânes sont friands d’écorce mais là, il ne s’agissait pour elles rien d’autre que de sauver leur peau. Le petit âne, lui n’a pas pu sauver la sienne !

Au coeur de l’hiver, à pareille altitude, au pied du Mont Blanc, un éleveur professionnel sait qu’un âne ne peut rester que très peu de temps dehors et qu’il lui faut un abri paillé bien sec pour le protéger des intempéries (vent, neige, humidité, froid). Les ânes n’avaient aucun abri accessible.
Nourri de façon insuffisante, le petit âne ne pouvait survivre à des conditions aussi difficiles. Un éleveur sait tout cela et en est parfaitement conscient.

Nous découvrons le cadavre de l’ânon 50 mètres plus bas. Son propriétaire a sans doute tenté de le dissimuler.

Nous contactons dans la foulée la gendarmerie de St Gervais qui vient sur les lieux constater les faits.

L’enquêteur de la SPA de Cluses, qui connait bien les besoins d’un âne pour en posséder un, est venu tous les soirs de la semaine nourrir, donner de l’eau, un petit peu de complément alimentaire aux 2 ânesses mais tout ça sans excès afin de ne pas choquer leur organisme.
Il me confie que l’ânesse en état de faiblesse n’arrivait pas à braire. Lorsqu’elle tentait de le faire, ne s’échappait d’elle qu’un petit son un peu rauque.

Ce Samedi 20 janvier nous déposons plainte.

Les ânes ont été déplacés et mis en sécurité par les gendarmes vendredi 19 janvier.
Si vous connaissez cet éleveur et avez été témoin d’actes de maltraitance, merci de nous contacter : contact@animal-cross.org

Nous remercions la brigade de St Gervais qui a pris nos plaintes et pris tout le temps nécessaire pour nous rassurer dans cette affaire.

Rappel des faits :

-Mars 2014 : Animal-Cross et la SPA du Chablais  dénoncent à la DDPP de Haute-Savoie les conditions de vie exécrable de 17 ânes parqués sur à peine 1000m2 au coeur de St Gervais. A proximité de ce parc, un âne est en décomposition sous une bâche. Des ossements plus ancien , en nombre, appartenant à des équidés sont repérés un peu partout. D’après un habitant,7 ou 8 ânes seraient morts en 2013 et 3 en 2014.

-Hiver 2014 : nous découvrons dans un parc voisin un âne en décomposition sous une bâche.

– Avril 2015 : alerté par un habitant de Sallanches, Animal-Cross et la SPA du Chablais portent plainte pour maltraitance, dépose sauvage d’animaux morts (chèvres,béliers,moutons, ânes) il s’en est suivi une condamnation pour M. X

Article paru à son sujet en 2015 : http://www.lemessager.fr/a-la-une-le-messager/saint-gervais-les-bains-2-000-euros-d-amende-pour-avoir-ia914b0n147475#