Le loup

Persécuté en France, le loup souligne les contradictions de la politique française au sujet de la biodiversité.

Pour une population française de loups estimée par l’OFB à 620 individus, 110 seront exécutés cette année, en dérogation à son statut européen d’espèce strictement protégée. Et sans parler du braconnage, du même ordre de grandeur.

Année après année, nous avons vu les conditions de tir s’assouplir, sous la pression des syndicats agricoles et des chasseurs. Les organismes d’Etat en charge de sa gestion (préfectures, Directions départementales des territoires, DREAL, etc.) cèdent facilement et prestement aux injonctions d’exécution des loups, alors même que les conditions de protection des troupeaux, en vue d’une bonne cohabitation, ne sont ni contrôlées, ni respectées. La manne des subventions à l’élevage, en particulier de montagne, a à la fois attisé la voracité de certains éleveurs indélicats, qui n’hésitent pas coûte que coûte (… à la faune sauvage et à la biodiversité) à occuper les territoires de montagne au détriment de la faune et de la flore, et a également décuplé l’outrance des syndicalistes qui défendent bec et ongle les moins vertueux d’entre eux.

Le plan national loup, très complexe, avait laissé penser que notre pays voulait sincèrement œuvrer à une bonne cohabitation des activités d’élevage avec le turbulent animal. Nous devons constater qu’il n’en est rien, la France a décidé de brider au maximum son expansion naturelle.

Connaître pour comprendre et agir.

Depuis 2010, Animal Cross interagit avec de nombreux acteurs du dossier loup. Nous défendons sa présence en comité départemental loup d’un département alpin, nous échangeons inlassablement avec des éleveurs, des accompagnateurs de moyenne montagne, les organismes d’Etat afin de faire valoir les défauts de protection constatés, avec d’autres, en alpage. Même si notre objectif ultime serait un arrêt des tirs létaux, nous échangeons nos informations et constats avec la DDT et le préfet coordonnateur du dossier loup, afin d’infléchir la politique de tirs actuelle.

Nous en informons la presse, collaborons avec de nombreuses autres associations, et apportons notre expertise à d’autres associations sur des fronts de colonisation par le loup, afin de les aider à défendre une cohabitation où la seule réponse ne soit pas létale.

Laissons le loup jouer son rôle de co-gérant de la biodiversité.

En de nombreuses situations, nous nous privons d’un allié extrêmement efficace.

Les agriculteurs se plaignent de la surpopulation de sangliers, mais on continue, tout en organisant des battues dévastatrices, à exécuter un acteur majeur qui peut grandement réduire le nombre de ces animaux.

Les forestiers se plaignent des cerfs et chevreuils qui limitent le renouvellement de la forêt, mais on continue à tuer le loup, prédateur naturel d’ongulés sauvages, tout en accroissant à l’infini les plans de chasse (3500 chevreuils et 3100 cerfs par exemple en 2021 rien qu’en Haute-Savoie).

On peut multiplier ces exemples à l’infini, autant avec le loup qu’avec d’autres animaux sauvages. Laissons faire le loup, laissons faire la faune sauvage, contentons-nous de les observer.

Retrouvez toute l’actu sur le LOUP juste ici :

Print Friendly, PDF & Email
Partagez cette page !
Sélectionner une ou plusieurs listes :

Engagé pour la nature

TOUS LES ÊTRES VIVANTS SONT LIBRES ET ÉGAUX, EN DEVOIRS ET EN DROITS

Animaux susceptibles d’occasionner des dégâts : STOP au injustices

Recevez chaque semaine notre lettre d'infos.

Vous êtes désormais inscrit à la lettre d'infos d'Animal Cross.