L’ours

LA population d’ours dans les Pyrénées est encore fragile.

D’une dizaine d’individus en 2005, la population ourse dans les Pyrénées a péniblement progressé pour atteindre une population de 64 ours en 2020.
Malgré son statut UICN d’espèce « en danger critique d’extinction » en France, sa survie est principalement menacée par des facteurs anthropiques :

  • Manque flagrant de l’état pour favoriser une cohabitation réussie et durable avec l’homme.
  • Nouveaux lâchés trop peu nombreux pour diversifier génétiquement la population.
  • Tirs d’effarouchement régulièrement obtenus malgré son illégalité reconnue par les tribunaux.
  • Braconnage.
  • Méconnaissance du comportement naturel de l’ours.

Pour beaucoup d’éleveurs, syndicats professionnels, et chasseurs, l’ours doit devenir le bouc émissaire de tous les problèmes de l’élevage ovin des Pyrénées.

Sa présence est à légitimer et la cohabitation à améliorer.

Animal Cross considère que l’état a failli pour donner des conditions de cohabitation réussies entre l’ours et le monde du pastoralisme. Il n’a pas su expliquer la nécessité de protection qui est trop peu mise en place, voire refusée par une frange radicalement opposée à la simple présence de l’ours dans les Pyrénées. Les pouvoirs locaux ont cédé aux pressions électoralistes de la minorité « hurlante », avec des comportements hors la loi, non encore sanctionnés par la justice (mort par balle de l’ours Gribouille en 2020, contre-manifestation violente à la Bastide Serrou 2018).
Animal Cross oeuvre pour redonner sa place à l’ours dans les Pyrénées, et a co-organisé la manifestation à Toulouse en juillet 2020. Des lettres à l’attention d’élus, décideurs politiques, et commission européenne, ont été envoyées pour expliquer et dénoncer différentes situations.

L’avenir des Pyrénées se fera avec l’ours

Nous demandons :

  • De remplacer les 3 ours tués de la main de l’homme, clairement inscrit dans le plan ours 2018-2028
  • Que le préfet crée un groupe de travail « conservation de l’ours » en parallèle du GT Pastoralisme et ours.
  • L’arrêt des dédommagements démagogiques et laxistes, et de la présomption de culpabilité de l’ours.
  • Qu’un plan de développement économique et touristique soit conçu autour de la vision positive de l’ours. Il y a tellement d’aspect positifs à développer en France pour l’ours !

Alors que 130.000 personnes se déplacent pour essayer de voir l’ours dans les Asturies, aucun plan de développement de l’ours n’a été mis en place par le préfet Coordonnateur du massif des Pyrénées (Préfet Occitanie).

La responsabilité de l’ours non écartée indique que le dommage est bien dû à une prédation dont l’ours est responsable ou que sa responsabilité n’a pas pu être écartée. Les dossiers non écartés sont des dossiers qui ne permettent ni de relier le dommage à une prédation, ni d’en identifier la cause exacte.
Sur l’ensemble du versant français du massif des Pyrénées, le pastoralisme concerne 6 000 exploitations, 1 290 estives, 100 000 bovins, 570 000 ovins et 14 000 équins. Les estives couvrent une surface de 550 000 hectares dont 70% situées en zone Natura 2000.

Commentaire :

  • Une grosse majorité de ces dossiers non écartés sont remboursés au titre des dommages ours, ce qui gonfle artificiellement et malhonnêtement les prédations réellement imputables à l’ours.
  • On constate que 86 % des dossiers du massif ont été réalisés dans le département de l’Ariège ! Le nombre de dossiers ne peut être justifié uniquement par une population d’ours plus importante, mais essentiellement par une faiblesse des protections des estives : 70 % des attaques sont concentrées sur seulement 15 estives.
  • On peut douter de la volonté réelle d’installer une protection efficace dans ces espaces.
  • La mise en perspective des chiffres nous montre que 658 animaux indemnisés en 2020 représentent moins de 1,5% du cheptel ovin total présent chaque année dans les estives.
  • Nous insistons pour que les services de l’Etat évaluent sérieusement les moyens de protection réellement mis en place afin de justifier les dédommagements financiers effectués sur chaque estive.

Retrouvez toute l’actu sur l’OURS juste ici :

Baisse des dégâts attribués à l’ours en 2021

Baisse des dégâts attribués à l’ours en 2021

Communiqué de presse de CAP Ours, mercredi 15 décembre 2021 Selon les chiffres extraits du site de la DREAL info-ours.com, au 10 décembre 2021, les constats d’expertise sur les animaux morts en estive ont diminué de 25% en 2021. Parmi ces constats, ceux ayant conclu à...

Après la mort d’une ourse, CAP OURS interpelle Barbara Pompili

Après la mort d’une ourse, CAP OURS interpelle Barbara Pompili

Suite à la mort d’une ourse abattue le 20 novembre en Ariège, Cap ours demande à la ministre de la transition écologique que toute la lumière soit faite sur cette affaire et que soient définies toutes les responsabilités, y compris administratives. Cap ours interpelle...

Une ourse tuée lors d’une battue en Ariège

Une ourse tuée lors d’une battue en Ariège

Une ourse suitée, non encore identifiée, a été tuée le samedi 20 novembre sur la commune de Seix, dans la vallée d'Estours (Ariège), lors d'une battue aux sangliers. Ses deux oursons se retrouvent orphelins. Pas de chasse sans dégâts collatéraux ? Selon certains...

 Appel à s’exprimer contre la capture de l’ours Goiat

 Appel à s’exprimer contre la capture de l’ours Goiat

 Au moment où l’on fête le 25e anniversaire des premiers lâchers d’ours dans les Pyrénées, et où l’on découvre les 3 nouveaux oursons de la femelle Sorita, l’Etat lance discrètement une consultation publique pour capturer l’ours Goiat.Nous lançons un appel à tous les...

Enfin des naissances d’oursons dans le Béarn !

Enfin des naissances d’oursons dans le Béarn !

L'ourse Sorita, lâchée en 2018 en vallée d'Aspe dans le Béarn (Pyrénées-Atlantique), a été repérée ée avec 3 oursons en vallée d'Ossau. Rien n'est encore gagné pour ces jeunes de quelques mois , car le taux de mortalité des oursons est important. Sorita avait deja été...

Print Friendly, PDF & Email

Engagé pour la nature

TOUS LES ÊTRES VIVANTS SONT LIBRES ET ÉGAUX, EN DEVOIRS ET EN DROITS

Animaux susceptibles d’occasionner des dégâts : STOP au injustices

Recevez chaque semaine notre lettre d'infos.

Vous êtes désormais inscrit à la lettre d'infos d'Animal Cross.