Les munitions utilisées pour la chasse contiennent des métaux lourds très toxiques pour l’environnement, comme le plomb, qui occasionnent de sérieux dommages sur l’environnement et des risques sanitaires sur la faune sauvage et l’ensemble de la population.

Copyright Fotolia Epitavi

En général, la grenaille utilisée est de la grenaille de plomb mais de la grenaille de bismuth ou d’acier peuvent également être utilisée même si le plomb reste très majoritaire (Réf. 1).

Devenir des munitions dans l’environnement

Chaque année, selon les données de l’industrie citées par l’EChA (L’Agence européenne des produits chimiques), 30 000 à 40 000 tonnes de plomb sont utilisées en Europe dans des munitions de types variés. Sur ce total, précise l’EChA, « 21 000 tonnes sont utilisées par les chasseurs, et 7 000 tonnes de plomb se retrouvent ainsi dispersées dans les zones humides et 14 000 tonnes sur la terre ferme ». La répartition de cette contamination dans les Etats membres de l’Union Européenne n’est pas connue avec précision, mais la France s’octroie à l’évidence la part du lion : environ un quart des quelque 5,2 millions de chasseurs européens sont français (Réf. 2). Ce chiffre est cohérent avec l’information donné par le site « Conservation de la nature » qui fait état d’environ 250 millions de cartouches tirées par les chasseurs sur le territoire français chaque année (une cartouche possède en moyenne 30 g de plomb) (Réf. 3). Ainsi, dans une étude portant sur les micropolluants présents dans les eaux et les sédiments d’un panel d’étangs du Parc naturel régional de la Forêt d’Orient, la chasse est fortement suspectée d’être responsable d’un excès de Nickel et de Plomb observé sur certains sites étudiés, les zones les plus polluées étant aussi les plus chassées (Réf. 4).

Le plomb n’étant pas biodégradable, la grenaille se délite ou s’oxyde ou est peu à peu érodée ou enfouie, mais reste accessible ou biodisponible des décennies voire des siècles ou des millénaires. En Espagne, pays où la grenaille de plomb est interdite depuis octobre 2001, le delta de l’Ebre (au sud de Barcelone) présente encore en 2014 une densité allant de 97 à 266 grenailles de plomb par mètre carré, dans les 20 premiers centimètres de sédiments, rappellent Mateo Soria, de l’institut de recherche sur les ressources cynégétiques de Ciudad Real, et ses collègues (Réf. 5). Dans les zones acides, la biodisponibilité et la bioconcentration du plomb peuvent être très aggravées.

Le plomb peut également migrer vers d’autres compartiments environnementaux. Une étude réalisée sur le prélèvement du plomb présent au sein d’un sol contaminé par les cultures de fèves et tomates a en effet montré un transfert de ce métal au sein du système racinaire de ces cultures. L’étude n’est malheureusement pas allée jusqu’au stade « fruit » des cultures limitant une évaluation plus poussée des risques (Réf. 7). En outre, l’accumulation de plombs dans la nature contamine les ressources en eau.

Cette accumulation de plomb dans les différents compartiments du milieu naturel peut engendrer des problèmes sanitaires très importants.

Impact sur la faune sauvage

Les cartouches à grenailles de plomb sont responsables d’intoxications et d’un nombre conséquent de cas de saturnisme aviaire. Selon l’EChA, un à deux millions d’oiseaux meurent chaque année de saturnisme, soit en picorant les grenailles, soit, pour les rapaces, carnivores, en se nourrissant d’animaux intoxiqués (Réf. 6 et 8). Les oiseaux d’eau qui n’ont pas de dents recherchent et mangent normalement de petits cailloux arrondis qui sont stockés dans le gésier où ils broient les aliments. Ils ingèrent par la même occasion du plomb (ou d’autres métaux lourds toxiques tels que le bismuth). Plus les aliments sont durs, plus ce plomb se solubilise vite. A titre d’exemple, 6 billes de plomb ingérées avec du maïs le matin sont parfois le soir en totalité déjà solubilisées et passées dans le sang de l’oiseau qui pourra en mourir. Ce plomb est passé dans son sang 20 fois plus vite que s’il avait été ingéré avec des aliments « mous « (Réf. 3). Le condor de Californie, second plus grand oiseau de monde est menacé de disparition et le saturnisme induit par la chasse semble – avec les collisions avec des véhicules ou lignes électriques – rester sa première cause de mortalité (chez l’adulte, les jeunes étant artificiellement nourris) (Réf. 3).

Impact sur les hommes

Impact direct chez les consommateurs de gibier

De l’animal à l’homme qui le mange, il n’y a qu’un pas, particulièrement rapide à franchir chez les chasseurs qui mitonnent le produit de leur chasse. « De récentes recherches suggèrent que des fragments de plomb se dispersent largement dans les tissus, sous forme de particules microscopiques, potentiellement de taille nanométrique, écrit l’EChA. Enlever la chair autour de la blessure ne suffit pas à ôter tout le plomb qui pourrait être absorbé par le consommateur. ». Or le plomb est un puissant neurotoxique, ce qui explique que la teneur en plomb dans l’eau du robinet ait été revue à la baisse par une directive européenne de 1998. Le plomb entrainerait également des effets de type perturbateur endocrinien et serait ainsi responsable d’un allongement du délai nécessaire à concevoir chez les personnes exposées (Réf. 9).

Impact indirect chez l’ensemble de la population

Etant donné que le plomb peut également se disperser au sein d’autres compartiments environnementaux tels que l’eau ou les plantes, on peut craindre une contamination de l’ensemble de la population. L’ECha fait d’ailleurs une préconisation simple : « cesser d’utiliser du plomb dans les munitions, au profit d’une autre substance » (Réf. 6).

Des alternatives possibles ?

Des substituts moins toxiques ou non toxiques existent. La grenaille d’acier semble la solution idéale du point de vue environnemental. Le 6 octobre 1999, le conseil national de la chasse et de la faune sauvage a souhaité que la France prenne des mesures concrètes pour tenir ses engagements imminents de l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie. Ainsi la grenaille de plomb a été interdite en France depuis 2005 depuis un arrêté du 21 mars 2002. Cependant, cette interdiction ne s’applique qu’au gibier d’eau, et non au gros gibier et ne concerne que les zones humides.

De plus, qu’en est-il des substituts « idéaux » proposés ?

« Les autres métaux comme l’acier sont beaucoup plus durs et légers. Ils ricochent sur le moindre obstacle ce qui multiplie les risques d’accident», confirme Willy Schraen. D’autre part, l’acier est plus pénétrant mais moins létal. Dans les zones humides, où il est interdit d’utiliser des balles en plomb depuis 1986, les chasseurs ont recours à de la grenaille contenant des billes d’acier pour le petit gibier. Non seulement il en faut beaucoup dans les munitions pour arriver au même poids, mais il a tendance à blesser les animaux sans les tuer. « On retrouve ainsi beaucoup d’oiseaux agonisants, ce qui n’est pas l’idéal en termes de bien-être animal », affirme très sérieusement Willy Schraen. Dernier inconvénient des munitions légères : elles nécessitent une plus grande charge de poudre, incompatible avec certains modèles de fusils anciens (Réf. 10).

Faut-il donc réellement choisir entre la pollution de l’environnement ou l’agonie lente des animaux ? De plus, on ne parle pas ici des autres éléments présents dans les cartouches outre la grenaille qui sont également disséminés dans la nature…

Alors, les chasseurs, premiers écologistes de France ???

 

Références :

  1. http://cinematir.fr/cartouche-de-chasse-trucs-astuces/
  2. https://www.lemonde.fr/pollution/article/2018/09/13/les-munitions-au-plomb-menacent-l-environnement-et-la-sante_5354269_1652666.html
  3. http://www.conservation-nature.fr/article2.php?id=140
  4. L’étude des micropolluants présents dans les eaux et les sédiments d’un panel d’étangs du Parc naturel régional de la Forêt d’Orient. C GAUTIER – COURRIER SCIENTIFIQUE N 30 – pole-zhi.org
  5. Le chasseur moins exposé au plomb samedi 1er mars 2014par Alain KALT
  6. https://echa.europa.eu/fr/-/echa-identifies-risks-to-terrestrial-environment-from-lead-ammunition
  7. Par Melle Marie CECCHI. DEVENIR DU PLOMB DANS LE SYSTEME SOL-PLANTE : Cas d’un sol contaminé par une usine de recyclage du plomb et de deux plantes potagères (Fève et Tomate). Soutenue le 26 mars 2008
  8. Baron M., 2001. Suppression de l’utilisation de la grenaille de plomb de chasse dans les zones humides exposant les oiseaux d’eau au saturnisme. Rapport MEDD, 20p
  9. http://www.fiv-lyon.fr/static/documents/Brochure_environnement_et_fertilite.pdf
  10. https://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/environnement-chasse-chasseurs-utilisent-munitions-plomb-10148/

 

Print Friendly, PDF & Email