Alors qu’il est possible de se constituer un stock de plusieurs milliers de cartouches par chasseur sans aucun contrôle, et que les chasseurs peuvent polluer la nature en y laissant leurs munitions vides, Animal Cross propose de limiter le nombre de munitions par chasseur à 500, toutes armes confondues. Une consigne écologique multipliant par deux l’achat des premières munitions serait instaurée pour obliger les chasseurs à ramener leurs munitions vides.

Un stock de plusieurs milliers de munitions par chasseur

Le nombre de munitions est de 1000 pour les munitions C6 et C7 (pour certaines carabines) et n’est pas limité dans les autres cas, et de 500 pour une arme non détenue. Mais rien n’est contrôlé. En effet, lors de l’achat de munitions, même si le permis de chasser avec sa validation est exigé, avec le récépissé de déclaration de l’arme uniquement pour certaines munitions C6 et C7 , aucun fichier n’enregistre le nombre de munitions achetées.

Le nombre d’armes de chasse par chasseur n’est pas non plus limitée.

Ainsi, un chasseur peut sans souci se constituer un stock de plusieurs milliers de cartouches sans aucun contrôle !

 

Des munitions qui viennent polluer la nature

Il arrive de retrouver des munitions vides en pleine nature, au mépris de la pollution de sols.

ANIMAL CROSS propose, pour répondre à ses préoccupations d’ordre sécuritaire et environnemental :
– D’enregistrer le nombre de cartouches achetées au moment de l’achat, en indiquant également les armes de chasse correspondantes. Ces informations viendront alimenter le fichier des armes à feu Agrippa.
– De limiter le nombre de munitions par chasseur à 500, toutes armes confondues
– De consigner les munitions. On multiplierait par deux le coût des munitions lors du premier achat. Lors des achats suivants, contre le retour des cartouches et douilles vides en magasin, le tarif normal serait appliqué.

Print Friendly, PDF & Email