Dans le contexte de la préparation et du vote de la proposition de loi sur la maltraitance animale dans laquelle la question de la zoophilie est abordée à l’article 11, les responsables de l’association Animal Cross font l’objet depuis septembre 2020 à des courriers, courriels, messages sur les réseaux sociaux, et tentative d’incendie, qui ont conduit à 8 dépôts de plainte pour diffamation, usurpation d’identité, dégradation d’un bien – dégradation par incendie,  menaces de mort par écrit.

L’objectif de ces actions est de discréditer et de faire tomber une association qui a pris l’initiative de dénoncer depuis février 2020 la zoophilie en France. Animal Cross a en effet révélé, par de nombreuses actions une maltraitance animale quasiment inconnue jusque-là, la zoophilie, ce qui a conduit les parlementaires à faire des propositions pour sanctionner plus durement la zoophile à l’article 11 de la PPL sur la maltraitance animale.

Deux stratagèmes ont été utilisés : 

  • Le premier a consisté à envoyer plus d’une centaine de courriers/tweets en faisant passer le Président d’Animal Cross pour un pédophile. 
  • Le deuxième a consisté à usurper l’identité de l’association Animal Cross et à écrire au nom de celle-ci à des associations musulmanes dans toute la France en accusant les musulmans d’être des pédophiles à l’image du prophète Mahomet. 

Ces messages avaient pour but de susciter la vengeance de personnes musulmanes fanatisées à l’encontre des dirigeants d’Animal Cross, comme cela s’est passé pour l’affaire S. Paty. D’ailleurs, la dirigeante d’Animal Cross a reçu une photo montage de sa tête décapitée.

Depuis mars 2021, les dirigeants d’Animal Cross bénéficient d’une protection policière.  Suite au message de mi-mars, ils ont quitté précipitamment leur domicile pour n’y revenir qu’une vingtaine de jours plus tard.

L’enquête de la police a conduit à l’interpellation de 3 hommes de la mouvance zoophile.

Ces premières interpellations confirment pour Animal Cross la dangerosité de groupuscules zoophiles qui sont prêts à tout pour assouvir leur déviance sexuelle. Quand on voit ce que ces zoophiles sont prêts à faire endurer à des êtres humains, on imagine la sauvagerie dont ils peuvent faire preuve avec des animaux. Au moment où la proposition de loi sur la maltraitance animale passe au Sénat, l’association Animal Cross souhaite que les animaux soient protégés de ces dangereux prédateurs sexuels.

 

Pour en savoir plus

  • Fin septembre 2020

Plus d’une centaine de lettres est envoyée dans le quartier où est situé à la fois le bureau de l’entreprise de Benoît Thomé, Président de l’association Animal Cross, et le bureau de l’association Animal Cross, à Pau (64). Sur la base d’un montage WhatsApp factice, un homme dénonce le fait que Benoît Thomé aurait envoyé des photos obscènes à sa fille de 15 ans. L’adresse et numéro de téléphone professionnels de Benoît Thomé sont communiqués. Ce message est également diffusé sur Twitter. Une lettre (au moins) est envoyée à un client de son entreprise.
Benoît Thomé reçoit deux messages de mort par écrit et un grand nombre d’insultes et blagues déplacées.
De nombreux messages sont retirés de Twitter à la demande d’Animal Cross puis un autre compte les diffuse de nouveau, avant que la plupart des messages ne soient bloqués.
En septembre 2021, les deux comptes Twitter sont encore ouverts et certains messages sont encore visibles. 

Aucun dépôt de plainte n’a été déposé contre Benoît Thomé. 

Les deux personnes à l’origine des messages de mort (sms) ont été identifiées. Elles ont eu connaissance des lettres accusant Benoît Thomé et ont souhaité rendre elles-mêmes leur propre justice.  Elles ont reconnu les faits dans le cadre d’une composition pénale. 

 

  • 11 février 2021

Le mur des bureaux de l’association Animal Cross est tagué avec un message « mort aux ours ». Le paillasson de la porte d’entrée est imbibé d’essence, laissant penser qu’il y a eu une tentative d’incendie que la pluie, abondante, a fait avorter. Quelques jours plus tôt, l’association avait publié un communiqué se félicitant de la décision du Conseil d’Etat d’interdire les mesures d’effarouchement des ours, suite à la plainte de plusieurs associations dont Animal Cross. Une plainte est déposée pour dégradation d’un bien et tentative d’incendie.

 

  • 23 février 2021

Un tweet dont le nom de l’auteur est à consonnance arabe prête à Benoît Thomé des propos selon lesquels « l’islam est une religion de pédophiles. Son prophète amais les gamines », avec les commentaires « Il s’appelle Benoît, est un gros raciste, les frères on fait quoi ? » avec l’adresse des bureaux d’Animal Cross. Au-dessus de la photo de Benoît Thomé figure le message suivant « frère il dit que le prophète est un pédophile ce fdp #islam #islamophobie #Allah #musulman #musulmane #prophetmuhammad#fatwa ».

Ce dernier terme #fatwa est inquiétant car il est un appel à une vengeance contre Benoît Thomé pour les propos qu’il aurait tenus.

 

  • Début mars 2021

Plusieurs associations de confession musulmane situées en Aquitaine reçoivent une lettre signée de l’association Animal Cross dénonçant l’abattage rituel et le « terrorisme islamiste musulman ». La lettre est postée depuis Pau.

 

  • 10 mars 2021

L’association reçoit un mail adressé à Benoît Thomé dans lequel il est dit :

Objet « on va nicker ta mère », suivi du texte « Ta insulté tout les frères fdp on ta traquer on sait ou t habite XXX(localité exacte) c’est ça fdp ? On va niker ta femme et egorgé ton chien batar si tu ferme pas ton asso de merde regarde on a pris une photo de ta femme ». La photo est un montage intitulé « égorgement « où on voit un montage avec la tête de Valérie Thomé décapitée avec du sang et porté par un homme, sorte de combattant.

S’en suivent près de 3 semaines où Valérie et Benoît Thomé n’habitent plus chez eux. Pendant 3 mois, Valérie et Benoît Thomé arriveront le matin au bureau sous protection policière. Ils sont pendant toute cette période en contact régulier avec les forces de l’ordre, les renseignements territoriaux, le cabinet du Préfet.

 

  • Fin avril 2021

Un courriel est envoyé à plusieurs associations musulmanes dans toute la France. Il est signé de l’association Animal Cross et contient en pièce jointe un dossier qui dénonce l’abattage rituel pratiqué par les musulmans. Elle comporte aussi une partie dénonçant la pédophilie de son prophète « j’avais 6 ans lorsque le prophète m’épousa, 9 ans lorsqu’il eut des relations sexuelles avec moi. » et la phrase « L’Aid-el-Kebir c’est aussi le viol d’enfants et l’éloge de la pédophilie par l’exemple du prophète »

Par son graphisme et sa mise en page, le dossier emprunte les codes de communication de l’association pour paraître crédible. Cette allégation de pédophilie a probablement pour but de provoquer en retour une réaction violente de représailles de la part d’islamistes fanatisés.

L’association Animal Cross n’a jamais rédigé ce dossier. Elle dénonce certes la souffrance animale générée par l’abattage rituel mais ne tient aucun propos anti-musulmans.

 

  • 9 mai 2021

Trois photos d’adolescentes dénudées sont envoyées sans commentaire à l’attention de Benoît Thomé à son domicile personnel. Elles sont expédiées par Photobox. Le nom de Benoît Thomé sur les photos donne l’idée qu’il est à l’origine de la demande à Photobox.
Benoit Thomé n’a jamais passé aucune commande à Photobox.

 

  • 27 septembre 2021

Un courriel soit disant signé d’un « lanceur d’alerte Animal Cross » et envoyé à un grand nombre de sénateurs accuse de nouveau Benoit Thomé, cette fois de manipuler  les députés Dimitri HOUBRON et Loïc DOMBREVAL et la sénatrice Anne CHAIN-LARCHE. Il reprend à son compte les accusations de pédophilie contre Benoît Thomé.

 

L’état de l’instruction

Un juge d’instruction a été nommé en mars. L’instruction a conduit à 3 personnes de la mouvance zoophile. 3 interpellations ont eu lieu fin juin 2021 avec garde à vue. Le site zoophile Animalzoofrance en fait d’ailleurs état. Du matériel informatique a été saisi en grand nombre et est en cours d’analyse. Le responsable du site d’Animalzoofrance a été interpellé.

On trouve d’ailleurs sur ce site un grand nombre d’informations sur cette affaire, à prendre avec du recul car l’auteur du texte tronque une partie des faits, fidèle à son habitude de manipuler ses interlocuteurs.

Suite aux interpellations, les blogs et forums de la communauté zoophile ont été fermés, à l’initiative des zoophiles, sans doute pour que l’identité des centaines de zoophiles participant au forum ne soit pas retrouvée. Animal Cross se félicite d’avoir contribué à faire fermer, même temporairement, ces forums qui permettaient aux zoophiles d’échanger librement sur les viols et agressions sexuelles qu’ils imposaient aux animaux.

 

Voir l’article du journal Libération, en date du 17 septembre 2021

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Partagez cette page !