Les vidéos zoo-pornographiques montrant des sévices sexuels sur les animaux, dont des viols, sont accessibles en quelques secondes à n’importe quel internaute depuis la France. Il s’agit de sites dédiés montrant des vidéos gratuites totalement explicites dans lesquelles des chiens ou des équidés sont mis en scène pour pénétrer sexuellement des êtres humains, essentiellement des femmes, se faire lécher les parties génitales ou lécher les parties génitales des êtres humains, quand il ne s’agit pas des cochons qui se font pénétrer ou de veaux qui doivent accomplir une fellation.

Il suffit de taper quelques mots clés sur les moteurs de recherche Google et Bing pour accéder à ces sites. On estime au minimum à 1,5 million de vidéos vues en France chaque mois sur ces sites spécifiques, sans tenir compte de tous les sites pornographiques « généralistes » avec une partie zoo-pornographique.

Ces films incitent les internautes spectateurs à commettre des sévices sexuels sur les animaux.

Une manière simple de considérablement diminuer le visionnage de ces films serait que les moteurs de recherche cessent de les référencer et que les hébergeurs arrêtent de les accueillir sur leurs serveurs.

Premières victoires

Contacté depuis un mois, Google France a commencé à déréférencer une première liste de sites considérant ainsi que leur contenu est manifestement illicite. C’est une première victoire. Nous attendons qu’ils déréférencent une deuxième liste.

Microsoft France, qui détient le moteur de recherche Bing, n’a pas répondu à nos demandes. De manière curieuse, Microsoft ne s’applique pas son propre Code de conduite  qui demande de ne pas utiliser ses propres  services pour partager du contenu inapproprié , dont les contenus avec « bestialité ».

Après une première réponse où OVH, plus grand hébergeur européen,  estimait que son activité s’inscrivait « dans le strict respect de la réglementation », OVH a finalement fermé 8 sites zoopornographiques sur 9. L’hébergeur Cyber Technology a fermé immédiatement 3 sites.

11 sites zoo-pornographiques ont donc été fermés grâce à l’intervention d’Animal Cross.

 

Aidez-nous à mettre la pression sur Google et Bing !

Continuons tous ensemble. Mettons la pression à Google et Bing pour qu’ils déréférencent TOUS les sites de zoo-pornographie !

Envoyez ces Tweets à Google et Bing :

 

Partagez notre post Facebook :

https://www.facebook.com/animalcrossasso/

 

Partagez notre post Instagram :

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email