Le Conseil de New York et les militants de #DroitsPourLesAnimaux ont marqué l’histoire avec le passage d’une loi pour interdire la vente de #FoieGras. Mais comment en est-on arrivé là dans une ville où ce produit est vendu dans environ 1000 restaurants ?

L’association ANIMAL CROSS, qui s’est fixée comme vocation de faire de l’animal un sujet de droit pour le protéger, salue et félicite les associations New-Yorkaises pour ce succès, qui fait suite à la même interdiction dans l’Etat de Californie en janvier 2019.

 

 

Traduction de l’article  de Their turn: https://theirturn.net/2019/11/07/foie-gras-ban-New-York/

 

Comment les activistes et les législateurs de New York ont-ils obtenu l’interdiction du foie gras dans la capitale gastronomique du pays ?

Bien qu’elle soit considérée comme l’une des villes les plus progressistes des États-Unis, New York a pris du retard par rapport à plusieurs autres grandes villes dans la promotion des droits des animaux. En fait, de 2006 à 2013, alors que les droits des animaux commençaient à être adoptés par le grand public, la législatrice la plus puissante de la ville de New York, Christine Quinn, présidente du conseil municipal, a bloqué tout effort législatif significatif visant à améliorer même le bien-être fondamental des animaux. Ces dernières années, cependant, une nouvelle génération de législateurs de New York s’est fait le champion à la fois de la législation sur le bien-être animal et des droits des animaux.

En 2017, le Conseil municipal a adopté son premier projet de loi sur les droits des animaux, une interdiction de l’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques. Pour le plus grand plaisir des militants des droits des animaux et de nombreux membres du Conseil municipal, ce moment historique a été mis en scène le 30 octobre 2019, lorsque le Conseil a adopté une série de 11 projets de loi et résolutions pour aider les animaux de compagnie, les animaux sauvages et les animaux tués pour leur alimentation. Au cours du vote, le président du conseil municipal, Corey Johnson, le président le plus favorable aux animaux de l’histoire du Conseil, a déclaré avec joie :  » Le Conseil votera sur un grand nombre de projets de loi – parmi eux de nombreux projets de loi et de résolutions qui renforceront nos lois actuelles sur le bien-être animal à New York City « .

Le plus controversé de ces projets de loi était l’interdiction de la vente de foie gras dans les restaurants et les magasins. Selon le New York Times, environ 1 000 restaurants vendent du foie gras à New York, qui est sans doute la capitale gastronomique du pays. Malgré le risque de critiques de la part des grands chefs et des médias, Carlina Rivera, membre du conseil municipal, a présenté et défendu la loi.

En 2006, Alan Gerson, membre du Conseil, a tenté d’introduire une interdiction du foie gras, mais la Présidente Christine Quinn, qui contrôlait notoirement le programme législatif de la ville, l’a bloqué avant même que d’autres membres du Conseil puissent intervenir. Un article paru en 2007 dans le New York Times sur les manifestations du foie gras à Fairway faisait référence à cet incident. Contrairement au Président Quinn, le Président actuel, Corey Johnson, a appuyé le projet de loi du membre du Conseil Rivera visant à interdire la vente de foie gras.

Bien que la communauté des défenseurs des droits des animaux attribue au conseil municipal actuel le mérite d’avoir adopté des lois pour protéger les animaux, le projet de loi historique sur le foie gras n’aurait pas été présenté, et encore moins adopté par le conseil municipal, sans une campagne de deux ans menée par VFAR (Voters for Animal Rights), un groupe qui défend les droits des animaux à NYC. Avec l’appui de centaines de militants des droits des animaux de la base, les organisateurs du VFAR, Allie Feldman Taylor et Matt Dominguez se sont associés à des groupes de défense des droits des animaux, des vétérinaires et des restaurants pour créer une coalition de partisans qui ont fait pression sur les membres du conseil municipal et sensibilisé le public à la cruauté associée à la production du foie gras.

Après avoir travaillé avec Rivera, membre du conseil municipal, pour que le projet de loi soit présenté, les partisans du VFAR, dirigés par Taylor et Dominguez, ont fait pression sur les membres du Comité de la santé du conseil municipal, qui a été chargé de l’examiner. Le jour du vote du Comité, le président, Mark Levine, membre du Conseil, a prononcé un discours passionné suggérant que les législateurs ont le mandat éthique de protéger les animaux : « Au fur et à mesure que la société évolue, nous sommes en droit de nous attendre à ce que les pratiques commerciales évoluent également. Je suis extrêmement fier que le conseil municipal ait commencé à mettre l’empathie pour la souffrance des animaux au premier plan de notre programme et, plus important encore, que nous traduisions cette empathie en politique tangible, en politique intelligente pour les animaux dans cette ville et au-delà. Et cela signifie changer les aliments que nous consommons et changer le système de production alimentaire. »

Après le dépouillement des votes en faveur de l’interdiction du foie gras, les défenseurs des droits des animaux se sont réjouis, non seulement parce que des centaines de milliers d’oiseaux seront épargnés par l’alimentation forcée, mais aussi parce que le Conseil municipal a envoyé un message fort au public : les législateurs reconnaissent désormais le sort des animaux et la nécessité de lois pour les protéger. « Nous avons constaté un changement énorme dans la conscience de compassion des membres de notre conseil municipal « , a déclaré M. Taylor. « C’est un nouveau jour pour les droits des animaux à New York. »

 

Print Friendly, PDF & Email