Les ours des Pyrénées ont besoin de votre aide !

Signez cette pétition à l’initiative de la coordination associative CAP ours

Protégez les troupeaux et laissons les ours tranquilles !

Le Gouvernement français envisage d’autoriser les éleveurs et bergers à effaroucher les ours dans les Pyrénées dès cet été 2019.
D’abord avec des dispositifs sonores et lumineux, puis avec des « munitions non-létales », c’est à dire des balles en caoutchouc.
C’est inutile et dangereux.

Avec les associations membres de la coordination Cap ours, manifestez votre désaccord en signant cette pétition et en la diffusant largement autour de vous (mails, réseaux sociaux …).

Il n’y a qu’une quarantaine d’ours dans les Pyrénées, cette population est en cours de restauration mais elle est encore très fragile, considérée comme « en danger critique » par les instances environnementales internationales (UICN).

Le seul moyen d’assurer la cohabitation élevage – ours est de protéger les troupeaux.

Les moyens de protection financés par l’Etat sont efficaces : regroupement des troupeaux la nuit, clôtures électriques, chiens de protection (patous).
Plus de 80% des dégâts constatés concernent des troupeaux non ou mal protégés.

Que certains éleveurs refusent de protéger leur troupeau ne peut justifier que l’on « tape » sur les ours, ces mesures d’effarouchement pouvant être dangereuses.

Tous les éleveurs d’Europe et du Monde protègent leurs troupeaux des prédateurs potentiels avec ces mêmes techniques et avec efficacité (les dégâts par ours sont dans les Pyrénées 3 à 5 fois supérieurs à ce qui est constaté ailleurs …).

Les éleveurs pyrénéens doivent réapprendre à vivre avec l’ours, l’Etat doit y concentrer ses moyens et ne plus céder aux demandes et revendications dangereuses et illégales du lobby anti-ours.

Signez la pétition


Répondez à la consultation publique avant le 14 juin

Les associations membres de la coordination Cap Ours appellent toutes les personnes sensibles à la protection de la Biodiversité à dire non à L’EFFAROUCHEMENT DES OURS dans le cadre de la
consultation du public lancée par l’Etat.

Comment faire pour répondre ?

1/ Cliquez ci-dessous pour accéder à la consultation :

Consultation sur l’ours organisée par le Ministère de la transition écologique

2/Lorsque vous êtes sur le site du Ministère de la transition écologique, descendez dans le texte jusqu’à ce que vous voyez cela et cliquez sur le bouton vert Déposer votre commentaire :

3/Que dire dans votre commentaire ?

Attention : Il s’agit d’une 2ème consultation, complémentaire à celle visant l’ours Goiat. Celle-là concerne tous les ours, elle est ouverte jusqu’au 14 juin.
Nous vous suggérons de commencer votre commentaire par cette formule très claire : « Je suis contre l’effarouchement des ours dans les Pyrénées. »
Vous pouvez ensuite compléter selon votre sensibilité avec vos propres arguments, vous pouvez aussi utiliser
ceux-là :

  • Le seul moyen de réduire les dégâts d’ours est de protéger les troupeaux. Toutes les actions doivent aller dans ce sens, ce qui n’est pas le cas de ces effarouchements.
  • Effaroucher les ours dans ces conditions est illégal en regard de la directive européenne « Habitats ». Il y a en effet d’autres solutions, et c’est potentiellement dangereux pour les ours.
  • Le tir à balles de caoutchouc est potentiellement dangereux pour les ours, a fortiori s’il est pratiqué par des personnes non-formées et non-expérimentées comme c’est prévu dans ce projet d’arrêté.
  • Le meilleur moyen d’effaroucher les ours sans risque est l’utilisation de chiens de protection. Ils sont autonomes, peu chers et très efficaces quand ils sont bien éduqués, en nombre suffisant et dans de bonnes conditions (troupeaux regroupés la nuit). Hors cas exceptionnel, c’est le seul mode d’effarouchement acceptable.
  • Les bergers ont autre chose à faire la nuit que d’effaroucher les ours. Déjà très occupés la journée, ils doivent se reposer la nuit.
  • Effaroucher les ours est inutile si les troupeaux sont protégés et inefficaces s’ils ne le sont pas. Il est impossible de faire comprendre à un ours qu’il ne doit pas attaquer à des troupeaux sans protection !
  • L’effarouchement d’ours anormalement prédateur est déjà prévu et possible dans le cadre du protocole « ours à problème ». Or, aucun ours actuellement présent dans les Pyrénées ne relève de cette catégorie.

 

Les associations membres de CAP Ours
Altaïr Nature, Animal Cross, Association Nature Comminges (ANC), Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS), Comité Écologique Ariégeois (CEA), Conseil International Associatif pour la Protection des Pyrénées (CIAPP), FERUS (Groupe Loup France/ARTUS), Fonds d’Intervention Eco- Pastoral – Groupe Ours Pyrénées (FIEP), France Nature Environnement (FNE), France Nature Environnement Hautes Pyrénées (FNE 65), France Nature Environnement Midi- Pyrénées (FNE Midi-Pyrénées), Nature en Occitanie, Pays de l’Ours-Adet (Association pour le Développement Durable des Pyrénées), Société d’Etude le Sud Ouest – Pyrénées-Atlantiques (SEPANSO 64), Société nationale de protection de la Nature (SNPN), Société Française pour l’Etude et la Protection des Mammifères (SFEPM), Sours, WWF France.

Print Friendly, PDF & Email