Lors de la récente rencontre avec Mme la Ministre de l’écologie, il nous a été confirmé qu’une proposition de loi allait être discutée fin janvier au Sénat.
Nous vous demandons instamment d’écrire aux sénateurs de votre département pour dénoncer cette proposition.

Celle-ci vise à exclure le loup de certaines parties du territoire national, en adoptant tous les moyens permettant d’éliminer les loups qui s’y trouvent.
Vous trouverez ci-dessous la lettre que nous vous proposons; libre à vous de la modifier.

La liste de sénateurs de votre département se trouve ici http://www.senat.fr/elus.html Cliquez sur votre département

Merci de donner votre point de vue, en étant ferme mais restant courtois.
Pour voir le modèle de lettre, cliquez sur lire la suite

Votre adresse

Objet : proposition de loi visant à créer des zones d’exclusion pour les loups

Madame la Sénatrice, Monsieur le Sénateur,

Un débat parlementaire est prévu le 30 janvier prochain sur la proposition de loi déposée au Sénat par Alain Bertrand (RDSE) visant à « créer des zones d’exclusion pour le loup regroupant les communes dans lesquelles les activités pastorales sont gravement perturbées  par les attaques des loups qui causent des dommages importants. La destruction des loups  sera autorisée dans ces zones, délimitées chaque année, indépendamment des tirs de  prélèvements autorisés. Ces zones ne devront pas menacer la présence du loup sur notre  territoire ».
J’aimerai attirer votre attention sur le fait que ce texte n’est ni applicable sur le terrain, ni juridiquement valide. Cette proposition est destinée en priorité à donner l’illusion à la filière de l’élevage ovin que des parlementaires se préoccupent de leur cas.
Le loup est une espèce très mobile et il n’est pas possible de le cantonner sur certains territoires et de l’exclure d’autres,  à moins que l’objectif  -et la logique sous-jacente à cette proposition-  soit qu’un maximum de ces territoires soient définis comme « zones d’exclusion » et que l’objectif soit de « tirer du loup ».
Par ailleurs, cette proposition de loi est incompatible avec la directive européenne dite directive « Habitats ». En premier lieu parce que la directive Habitats oblige les Etats à maintenir dans un état de conservation favorable l’espèce dans son aire de répartition naturelle. En second lieu car dans ce projet la disposition selon laquelle « l’abattage de loups est autorisé dans les  zones d’exclusion indépendamment du prélèvement défini au niveau national » ne permettrait plus une limitation du nombre de tirs de loup.
(Eventuellement)  Je soutiens l’action de mon association, Animal Cross, avec un collectif de 11 associations, qui vous a écrit pour vous demander de vous opposer à cette proposition de loi.
En outre, un effort doit être particulièrement fait dans les années à venir dans le renforcement des mesures de protection. Ma conviction est que la coexistence entre pastoralisme et loup est possible, mais uniquement si les éleveurs se donnent la peine de protéger leurs troupeaux. Je vous rappelle que les mesures de protection sont largement financées par la collectivité. Et que par ailleurs une part substantielle du revenu des éleveurs de montagne vient des subventions et qu’il ne parait pas illégitime qu’en contre-partie la collectivité demande aux éleveurs de protéger efficacement leurs troupeaux.
Je vous prie  en conséquence de ne pas soutenir cette proposition de loi, inapplicable et illégale.
Je vous prie d’agréer, Madame la Sénatrice, monsieur le Sénateur, l’expression de nos salutations respectueuses.

Print Friendly, PDF & Email
Partagez cette page !