Petit retour en arrière : Février 2014, Animal Cross, accompagnée de défenseurs des animaux, dénonçait publiquement les euthanasies abusives à la SPA de Pau Berlanne.
Mars 2014 : un huissier était envoyé à la SPA. Il rassemblait des informations accablantes sur le traitement des animaux.
Avril 2014 : Nous apprenions par les médias qu’Annick Botuha, membre alors d’Animal Cross, reprenait la direction de la SPA, sans en avoir préalablement informé Animal Cross (voir notre article d’alors : http://www.animal-cross.org/changement-a-la-spa-de-pau/)

Depuis cette date, Animal Cross  suit comme tout le monde dans les médias ce qui se passe à la SPA de Pau Berlanne.
Nous avons constaté que les euthanasies ont disparu depuis 1 an et que le nombre d’animaux en attente d’adoption a beaucoup diminué. Ce qui est une bonne chose.
Nous avons aussi vu avec plaisir un engouement de nouveaux bénévoles pour venir s’occuper des animaux.

Malgré tout, la nouvelle SPA de Pau Bearn reste dans une situation inacceptable due à la présence de très nombreux rats, à l’insalubrité générale, à des cages cassées et dangereuses (un chien est mort de ce fait il y a quelques semaines), à des locaux pas aux normes (animaux pas abrités, pas chauffés l’hiver pour ceux qui en ont besoin, évacuations douteuses dans les cages, etc.). Tout ceci a été clairement dénoncé par la présidente de la SPA de Pau Bearn, confirmé par de nombreux témoignages et relayé par la presse. Il est donc impératif de sortir rapidement les animaux de ces locaux dans le souci de leur bien-être mais aussi de leur survie. Animal Cross dénonce cette situation depuis le début de l’affaire et continue de le faire en incitant au maximum les adoptions à la SPA.

Dans cet esprit, Animal Cross est surpris de lire dans la presse que des propositions de transfert des animaux dans des refuges salubres et aux normes, par exemple par la confédération des SPA de France dont la SPA Bearn fait partie, ont été refusées (voir l’article de LA République du 15 juin). La présidente de la SPA Bearn affirme dans la République qu’elle analysera ces propositions « en dernier recours ». Le danger actuel n’est-il pas suffisant ?
La canicule actuelle ne nous rassure pas quand aux conditions de vie que doivent subir les animaux à la SPA Bearn.

De plus, la présidente de la SPA Bearn annonce dans ce même journal ne pas vouloir quitter les lieux tant qu’un nouveau terrain n’a pas été trouvé, « afin de maintenir son activité durant les 18 mois de travaux ».
Cette décision maintient les animaux en danger et retarde le début des travaux pour la construction de la nouvelle SPA.

Animal Cross s’interroge sur la finalité de ces décisions : est-ce le bien-être des animaux ou la sauvegarde de la SPA ?

Nous demandons que les animaux et leur bien-être passent en priorité. Il est nécessaire que toutes les propositions, que ce soit de la part de refuges fiables ou de particuliers, soient reconsidérées de façon urgente afin de faire sortir au plus vite les animaux de ce lieu insalubre.
Ces bâtiments doivent fermer d’urgence et parallèlement,  l’équipe de la SPA doit continuer, avec l’aide de tous, de chercher un terrain provisoire. De nouveaux animaux arriveront et assureront de fait la continuité de la SPA.

Animal Cross tient à préciser que l’association ne souhaite ni reprendre la fourrière, ni reprendre la SPA. Elle ne se soucie que du bien-être des animaux en difficulté sur la région paloise.

Print Friendly, PDF & Email
Partagez cette page !