URGENT : Avant le 19 mai, consultation publique pour donner votre avis suite à l’arrêté qui prévoit d’autoriser la destruction de 20 bouquetins jamais testés en plus de la capture de 50 autres qui seraient testés et euthanasiés pour ceux reconnus positifs à la Brucellose   (http://www.haute-savoie.gouv.fr/content/download/32829/194276/file/ARP_DDT_2020_V5_29avril2020.pdf)

Pour ce faire:
Merci de:
1. Copier/coller l’argumentaire proposé ci-dessous dans un nouveau mail (y glisser quelques modifications pour que le mail soit pris en compte)
2. Ajouter l’adresse suivante dans le champ destinataire :  ddt-consultations-publiques@haute-savoie.gouv.fr 

  1. Signer votre mail et cliquer sur “envoyer”
    A vous de jouer !

Argumentaire proposé par la FNE/LPO et soutenu par Animal Cross :

  • Il y a eu en 21 ans une seule occurrence de la résurgence de la Brucellose bovine dans le massif du Bargy, et plus généralement en France. Il n’a d’ailleurs jamais été prouvé que ce sont les bouquetins qui avaient été à l’origine de cette infection.
  • L’abattage indiscriminé en zone cœur (Grand et Petit Bargy, Jallouvre-Peyre), de plus ciblé sur les femelles en âge de procréer, désorganise la hiérarchie sociale dans les hardes et contribue à la contamination de davantage d’individus, comme cela a été constaté à la suite des abattages massifs de 2013 et 2015.
  • Les éleveurs doivent prendre des dispositions pour que leurs troupeaux ne s’aventurent pas dans les zones à bouquetins. De rares éleveurs ont mis en place des parcs, mais la plupart ne le font pas, et on trouve notamment des moutons et des chèvres jusqu’en haut des sommets.
  • Alors que le Conseil National de la Protection de la Nature (CNPN) a émis un avis défavorable aux tirs indiscriminés (PJ), passer en force, qui plus est en période de confinement, laisserait penser que l’Etat privilégie les intérêts de l’industrie agro-alimentaire par rapport aux expertises scientifiques et à la préservation de la faune sauvage.

Print Friendly, PDF & Email